Recherche
OK Recherche avancée
 
Panier
Aucun article...
 
Connexion
 

Histoire postale

La Principauté de Monaco, située entre la Ligurie et Antibes, connaît un trafic postal important dès le milieu du XVIIe siècle. La première marque postale connue date de 1704.

Le service postal monégasque est assuré par la France, suite au Traité d’amitié franco-monégasque de Péronne en 1640, signé par le Roi Louis XIII et le Prince Honoré II.

Deux périodes courtes interrompront cette relation privilégiée :

la Révolution française qui, par le Décret de la convention Nationale du 27 octobre 1793, intègre la Principauté dans le territoire français, avant que le Traité de Paris (30 mai 1814) ne replace Monaco « dans les rapports où elle se trouvait avant le 1er janvier 1792 » ,
le Protectorat sarde qui est imposé par le 2e Traité de Paris (20 novembre 1815) et qui conduit le système postal monégasque à devenir sarde à la suite du Traité de Stupinigi (8 et 10 novembre 1817) du 1er janvier 1818 au Traité de Turin (24 mars 1860).

Par ailleurs, la Principauté - dont le territoire s’étendait jusqu’à Roquebrune et Menton, deux villes qui ont fait sécession en 1848 - est réduite à ses frontières actuelles par le traité franco-monégasque du 2 février 1861 entre l’Empereur Napoléon III et le Prince Charles III ; la Convention de voisinage du 9 novembre 1865, en vigueur, précise les questions ayant trait au service postal.

Marcophilie et philatélie monégasques

L’ouvrage « Histoire postale de la Principauté de Monaco - des origines à 1885 » relate et détaille la genèse postale à Monaco : évoquons ici les marques manuscrites, les marques au tampon, les cachets « 85 » et « 78 », les premiers cachets à date sardes (1849), les timbres sardes émis en janvier 1851 mais utilisés plus tardivement à Monaco, les timbres français non dentelés (1860), puis dentelés et les cachets « 4220 » pour Monaco et « 4222 » pour Menton, qui précèdent le cachet « 2387 » spécifique à la Principauté.

L’apparition du timbre et le premier timbre monégasque

La perception de la taxe d’acheminement du courrier a longtemps été effectuée auprès du destinataire ; des courriers étaient ainsi acheminés sans pouvoir être remis et payés. Sir Rowland Hill, responsable de la Poste britannique, eut l’idée de percevoir cette taxe auprès de l’expéditeur et d’apposer une « vignette » ; le premier timbre est le « Black Penny », à l’effigie de la Reine Victoria et émis le 6 mai 1840. Le système se généralisera peu à peu sur l’ensemble du globe.

 

Les premiers timbres monégasques - à l’effigie du Prince Charles III - apparaissent en juillet 1885. Ils sont utilisés seuls ou conjointement avec des timbres français durant 6 mois ; depuis lors, ils assurent exclusivement les affranchissements au départ de la Principauté, sur les courriers toujours acheminés et distribués par l’Administration postale française à Monaco.